SENS COMMUN

SENS COMMUN

SENS COMMU

La langue ordinaire assimile bon sens et sens commun: une même faculté de juger avec pertinence des situations concrètes, une même estimation de ce qui est réel et de ce que le réel rend possible; également une mesure de ce qui «fait sens», selon des critères psychologiques et sociologiques implicites. La tradition philosophique tantôt les distingue (Descartes), tantôt préserve l’assimilation précédente, mais confère au sens commun une portée élargie; en lui faisant signifier l’ensemble des vérités premières et indubitables ou lois de la croyance humaine.

Les critiques adressées aux arguments qui se réfèrent au sens commun l’identifient à l’appel au «consentement universel», qui voit dans le fait qu’une croyance (s’il en est une) soit répandue dans toute l’humanité à toutes les époques un indice et une garantie de sa vérité. L’intérêt de ce point de vue fut d’abord moral et religieux. Il fut ensuite péjorativement compris comme un appel à la foule et au «vulgaire» contre les «doctes».

La philosophie peut se définir délibérément contre le sens commun: Parménide nous somme de choisir entre la voie de l’apparence et celle de l’être; Platon oppose opinion et science, le monde des ombres de la caverne et le monde de la lumière; ces philosophies généralement ascétiques imposent le préalable d’une rupture avec les évidences communes; cette inspiration se retrouve dans le doute hyperbolique cartésien et l’épochè husserlienne. On peut aussi philosopher avec le sens commun: déjà dans l’Antiquité, Aristote (Topiques ) estime qu’il ne faut pas examiner toutes les questions et que ceux qui demandent s’il convient d’honorer les dieux ou d’aimer ses parents méritent en réponse une bonne correction, et que celui qui demande si la neige est blanche n’a qu’à ouvrir les yeux et regarder. Même position chez Sextus Empiricus (Hypotyposes ): «De quelle manière celui qui nie l’existence du mouvement quitte-t-il sa demeure ou rentre-t-il chez lui?» Au XVIIIe siècle, apparaît en France une philosophie du sens commun à visée essentiellement théologique avec le jésuite Claude Buffier (Traité des premières vérités , Paris, 1724), puis avec Fénelon et Lamennais.

C’est à la même époque que ce type de philosophie connaît en Écosse le développement le plus important avec Thomas Reid, Dugald Stewart et James Beattie. Pour le premier, il faut d’abord défendre le sens commun contre les subtilités des sophistes et des sceptiques, mais s’efforcer de distinguer sens commun et préjugés; d’autre part, toute science doit être fondée sur des principes premiers et intuitifs (pour éviter la régression à l’infini). Reid remarque ensuite que le langage ordinaire peut être critère de rejet («On est fondé à suspecter toute théorie qui conduit les hommes à corrompre le langage et à confondre ce que le sens commun et la langue commune leur enseignent à distinguer») et que l’enquête sur le sens des mots du langage ordinaire est inutile, car «ils sont parfaitement compris par tous», enfin que la restauration du sens commun passe par une critique de l’idée comme intermédiaire entre nous et les choses.

Au XXe siècle, le relais est pris par G. E. Moore, qui renforce sa critique de l’idéalisme, du solipsisme et du scepticisme, déjà opérante en 1903, par un article célèbre intitulé précisément A Defence of Common Sense , paru en 1925. Il y soutient que nous savons avec certitude que beaucoup de propositions sont vraies, sans pour autant être en mesure de les prouver, ni même parfois d’analyser correctement leur signification. Ainsi en est-il de: «Je suis un être humain»; «La Terre existe depuis de nombreuses années»; «Il y a eu et il y a beaucoup d’autres êtres humains sur terre». La plupart de ces affirmations paraissent, certes, être des truismes sans intérêt; mais leur valeur est polémique et il est bon de les rappeler quand elles sont bafouées; d’autre part, elles ont valeur de critère: une philosophie ne peut aller sérieusement contre le sens commun et soutenir, par exemple, que «le temps est irréel». Quelques années auparavant d’ailleurs, Russell avait témoigné de la joie ressentie à être délivré de l’obscurantisme idéaliste et à pouvoir croire qu’est réel «ce que le sens commun estime être tel», que «l’herbe est verte» dans un monde qui a retrouvé sa plénitude et sa densité. La faiblesse du sens commun apparaît quand ses propositions sont confrontées à celles de la science. Bien des propositions, longtemps considérées comme allant de soi, se sont révélées fausses plus tard; ainsi, celles qui affirmaient que la Terre est plate et immobile, que la nature a horreur du vide, que nous percevons les événements au moment même où ils se produisent, ont été infirmées par Copernic, Galilée et Einstein. Plus généralement, on sait que l’objet de la science n’est pas l’objet de la perception. Envisagé sous son aspect sociologique, le sens commun est comparable au lieu commun, espace public où rencontres, échanges et dialogues sont possibles; ensemble de croyances (vraies ou fausses, peu importe) communes par où sont renforcés le sentiment d’appartenance et la cohésion sociale. L’appel au sens commun peut revêtir ainsi une fonction idéologique, et son contenu peut être déterminé idéologiquement. Dans le discours individuel notamment, cet appel peut s’interpréter comme l’invocation d’une autorité supérieure fournissant appui et alibi. Il résulte de ces diverses considérations qu’aucune philosophie du sens commun ne saurait échapper à un certain nombre de paradoxes, dont F. Jacques a établi l’inventaire systématique et très complet dans l’un des rares textes contemporains en langue française dont on dispose sur ce sujet (Actes du XVe Congrès de l’A.S.P.L.F., 1971 ): on doit admettre l’«inutilité» du conflit entre métaphysique et sens commun; le sens commun est le «fonds incommunicable de toute communauté», car il va sans dire et ne se communique pas sans se modifier, de manière polémique le plus souvent; quant au lieu commun, il serait en fait l’«expression fallacieuse du sens commun», car «le caractère intuitif et quasi inné du sens commun s’oppose au caractère discursif et coutumier du lieu commun». Il n’en demeure pas moins que la réflexion sur le sens commun, outre son lien avec le renouveau du réalisme philosophique, a «provoqué l’invention même de la méthode d’analyse des significations et jusqu’aux premières considérations métaphilosophiques sur le langage des philosophes».

Sens commun capacité de juger, d'agir raisonnablement comme la majorité des gens.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sens commun — La notion de sens commun se rapporte à une forme de connaissance regroupant les savoirs socialement transmis et largement diffusées dans une culture donnée : normes, valeurs, et symboliques. Constituant une certaine interprétation de la… …   Wikipédia en Français

  • SENS COMMUN —     Il y a quelquefois dans les expressions vulgaires une image de ce qui se passe au fond du coeur de tous les hommes. Sensus communis signifiait chez les Romains non seulement sens commun, mais humanité, sensibilité. Comme nous ne valons pas… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Sens Commun —    см. Здравый Смысл …   Философский словарь Спонвиля

  • Le Sens Commun — Édition princeps Auteur Thomas Paine Genre Pamphlet …   Wikipédia en Français

  • Le Sens commun — Édition princeps Auteur Thomas Paine Genre Pamphlet …   Wikipédia en Français

  • Psychologie du sens-commun — Psychologie naïve La psychologie naïve désigne l ensemble des mécanismes mentaux que nous utilisons pour interpréter les actions de nos congénères, mais éventuellement aussi nos propres actions. Par exemple, nous interprétons couramment un… …   Wikipédia en Français

  • Psychologie du sens commun — Psychologie naïve La psychologie naïve désigne l ensemble des mécanismes mentaux que nous utilisons pour interpréter les actions de nos congénères, mais éventuellement aussi nos propres actions. Par exemple, nous interprétons couramment un… …   Wikipédia en Français

  • sens — 1. (san ; l s se lie : un sen z actif ; il ne faut pas faire entendre l s, ni dire : les cinq sans , un homme de sans , Au XVIIe siècle, Chifflet, Gramm. p. 211, recommande de toujours prononcer l s finale pour le distinguer de sang, c est ainsi …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • commun — COMMUN, UNE. adj. Dans l acception la plus générale, il se dit Des choses à quoi tout le monde participe, ou a droit de participer; et c est dans ce sens qu on dit, que Le Soleil, l air, les élémens sont communs. La lumière est commune à tous les …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • commun — commun, une (ko mun, mu n ; au singulier masculin, l n se lie devant une voyelle ou une h muette : un commun intérêt, dites : un ko munn intérêt ; d autres, ne conservant pas à la syllabe un la nasalité, disent : un ko mu n intérêt) adj. 1°   Qui …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.